— Drive with Passion —
Panier (0)
  • Aucun produit dans le panier.
 

Salon Automobile de Lyon 2022, La saison des salons reprend en fanfare !

Après cette longue période d’interruption forcée, le Salon Automobile de Lyon est le 1er salon d’Europe à réapparaitre, et c’est avec brio que l’équipe organisatrice de GL events a relevé le défi, levant le voile sur une actualité automobile foisonnante, loin de s’être endormie dans cette attente interminable. Voici donc une reprise en fanfare, qui donne le La de ce que seront les futurs salons de l’année.

Un salon majeur en quelques chiffres

Une surface d’exposition de 50’000 m² aura été nécessaire pour accueillir la quasi-totalité* des constructeurs du marché français, proposant 300 véhicules à l’essai. Avec plus de 65’000 visiteurs sur cinq jours, ce salon enregistre même une croissance de plus de 3’000 visiteurs par rapport à la précédente édition d’avant crise.

* Somme des parts de marché de 2021 des marques présentes au salon (99.3 %) – Source CCFA

 

Une recette évolutive, à l’écoute du marché

Anne-Marie Baezner, directrice du salon, nous donne la recette lyonnaise de ce succès : “Sa particularité est son orientation résolument tournée vers la vente, conjuguée à la proximité et la convivialité qui sont ses ingrédients fondateurs. Nous proposons également des centres d’essai spécialement aménagés pour renforcer la proximité et le désir de partage, en nous attachant à renouer le plaisir du contact physique entre les visiteurs, les constructeurs et l’objet automobile.”

 

Une louche d’air du temps

Prenant soin de coller à l’actualité, ce salon permet d’apprécier l’intégralité des gammes électriques, hybrides et hydrogènes présentés par l’ensemble des constructeurs, et notamment par BMW et Volkswagen qui se démarquent avec une offre très étendue. Pour le dire simplement, la gamme électrique apparait maintenant comme un réel dédoublement, dépassant même l’offre thermique. Outre les nouveautés, les stars du salon étaient bien les SUV électriques, avec entre autres le tout nouveau SUV EQB de Mercédès et le iX de BMW.

Au-delà des voitures électriques, de nombreux concepts légers de mobilité urbaine douce étaient aussi dévoilés, avec une piste d’essai dédiée, permettant d’appréhender les dernières technologies développées. Fort du succès rencontré, la prochaine édition pourrait d’ailleurs encore renforcer son orientation vers les transports multimodaux.

 

Quelques ingrédients surprises

Quelques surprises inattendues étaient présentées avec par exemple la marque chinoise Aiways qui s’implante sur le continent avec sa U5, charmant SUV électrique offrant des performances tout à fait au niveau des standards du moment : 240 ch, 310 Nm et 400 km d’autonomie, pour un prix compétitif d’environ 40’000 euros.

On pouvait aussi y apprécier en avant-première la parution de la Maserati Grecale dans sa version définitive, second SUV de la marque et résolument plus compact que sa grande sœur. De même, la 11ème génération de la Honda Civic e:HEV était présentée pour la première fois au public et aux journalistes.

L’occasion était également donnée de voir la voiture de l’année, à savoir le crossover électrique EV6 de Kia, qui obtient ce graal pour la première fois. Ce succès coréen est doublé avec la Hyundai Ioniq 5 qui monte sur la troisième marche du podium. C’est une consécration pour ces marques coréennes qui dament le pion aux européennes.

 

Une généreuse dose de rêve

Pour la dose de rêve, on pouvait compter sur les supercars telles que la rare Maserati MC20 et son V6 3 litres de 630 ch, mais aussi sur une large sélection d’Alpine, Ferrari, Bentley et tant d’autres, qui ont parfaitement complété ce salon en lui rendant tout son éclat.

On retiendra particulièrement le superbe stand Alpine course où trônaient fièrement deux Alpine RGT signant le retour du constructeur en rallye, la LMP1 des 24h du Mans, ainsi que leur fantastique F1 qui marque l’entrée de la marque dans cette compétition. Véritable œuvre d’art, taillée par le dieu du vent lui-même dans un bloc de carbone, le résultat est magistral, vivant, d’un design nous transportant loin dans un futur qui cette fois semble merveilleux.

 

Une pincée de folie

Outre son lot de supercars et de voitures de courses, le salon de Lyon présentait également plusieurs concept-cars, avec notamment la Renault R5 E-Tech électrique qui rend hommage de la plus belle des façons à la R5 pour ses 50 ans. Restant fidèle à son ADN, elle réalise parfaitement la jonction avec le futur, s’appuyant sur des lignes ayant marquées toute une époque. Elle mériterait d’ailleurs une mise en production pour concrétiser l’essai et pourquoi pas boucler le siècle.

Parmi les autres concept-cars, dont la Peugeot Instinct et l’Opel Manta, le plus remarqué était sans doute le DS Aéro Sport Lounge, récompensé du prix du plus beau concept-car décerné lors du Festival Automobile Internationale de 2021. Cette auto impressionnante par son charisme, affiche l’avant-garde du luxe avec l’emploi de matériaux nobles et durables.

 

Un accompagnement interactif

Afin d’enrichir votre expérience, différentes activités étaient proposées en marge de l’exposition. Parmi les plus appréciées, on comptait un slot racing, des simulateurs de E-Sport automobile, ainsi qu’un pit stop challenge consistant à changer une roue de F1 le plus vite possible. Notre coup de cœur s’est porté sur le Crazy Cart XL, petit bolide ultra léger à 3 roues permettant à l’aide d’une manette de rendre les roues arrière folles, de sorte à drifter. Une belle initiation pour se familiariser à des sensations peu communes.

 

Un godet de nostalgie

Quant à notre équipe de nostalgiques, nous avons pu apprécier les différents plateaux consacrés à des marques et à des autos ayant fait l’histoire. Ainsi on pouvait y retrouver une sélection de près d’une vingtaine de R5 réalisée en partenariat avec le salon Epoqu’Auto, mais aussi retracer l’histoire de la Porsche 911 sur 8 générations, sans oublier la collection de Mustang des années 60, dont la Mustang 180 Ecurie Ford France. Quel régal ! Enfin, la plus célèbre des marques lyonnaises, la fondation Berliet était évidemment de la partie avec la Type D Tonneau découvert de 1901, une VIHB de 1927 et une VILF9 de 1933.

 

Un assaisonnement qui s’adapte au marché

Pour venir compléter ce salon déjà très complet, un espace dédié aux véhicules d’occasion venait compléter habilement l’offre, pour coller au mieux aux attentes du marché. En effet, cette zone dédiée satisfait simultanément les demandes des acheteurs mais permet également aux constructeurs, confrontés aux ruptures de matières première et de produits semi-finis, de proposer des alternatives à leurs clients.

 

Un succès consolidé à chaque édition

Encore une fois, l’équipe de GL event aura fait mieux que l’année précédente, en déployant tout ce qui fait notre bonheur sur ce salon interactif, à la fois riche et varié, où la convivialité est reine. Sans aucun doute, le Salon Automobile de Lyon est devenu un évènement majeur à ne pas manquer. Alors un grand merci à nos deux cheffes organisatrices du salon, Marianne Dazord et Anne-Marie Baezner, pour ce somptueux banquet automobile à la lyonnaise.

 

 

 

Partager l'article