— Drive with Passion —
Panier (0)
  • Aucun produit dans le panier.
 

Graber brille au Pebble beach 2022

Le célèbre carrossier a fait briller le patrimoine suisse sous le soleil de Californie 

 

Tout le monde a, au minimum, entendu parler du Concours d’Élégance de Pebble Beach qui se tient chaque année à Carmel, Californie, dans la seconde quinzaine du mois d’août depuis 1950, année de la création de cette manifestation majeure. 

 

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas du tout cet événement, il se situe à deux pas du charmant village de Carmel-by-the-Sea, dont le fameux acteur Clint Eastwood a été le Maire de 1986 à 1988. Cet endroit, par ailleurs bien calme et agréable, se transforme en véritable ruche pendant ce qui est désormais devenu la «car week », au cours de laquelle le monde de l’automobile ancienne s’expose de la plus belle des façons. Parmi celles-ci, on compte depuis quelques années, un événement très haut de gamme: «The Quail », créé par Mathias Doutreleau, fondateur et actuel président du concours d’Élégance Suisse, lequel a lieu à Coppet dans la deuxième quinzaine de juin. Comme si cela ne suffisait pas à satisfaire l’appétit des passionnés qui se rassemblent à ces occasions, les grandes Maisons de ventes aux enchères proposent à la vente des automobiles toutes plus étourdissantes les unes que les autres, à des prix de – venus stratosphériques ! 

 

Afin que tous les amoureux d’automobiles anciennes soient servis, une semaine de courses classiques se déroule sur le circuit voisin de Laguna Seca dont la fameuse descente «corkscrew » (tire-bouchon) est la hantise de tous les pilotes qui veulent «faire un temps», tant elle est vertigineuse et périlleuse si elle n’est pas abordée correctement. 

 

Vous l’aurez compris, la «carweek» de Carmel est l’occasion de tous les excès pour les passionnés d’automobiles, qu’elles soient actuelles ou anciennes. Le point culminant est, sans aucun doute possible, le concours d’élégance de Pebble Beach du nom du très select parcours de golf qui borde la pacifique, en particulier le trou No 18 sur lequel se déroule le concours, le dimanche matin. Les années fastes, la brume, qui aime à flemmer le long de la côte, se lève et offre aux visiteurs un cadre unique et spectaculaire. L’édition 2022 n’aura pas été au nombre de celles-ci et la brume a fait place à un ciel d’un gris qui n’aura décidément mis en valeur que les carrosseries aux couleurs très soutenues.

 

 

« LES ANNÉES FASTES, LA BRUME, QUI AIME À FLEMMER LE LONG DE LA CÔTE, SE LÈVE ET OFFRE AUX VISITEURS UN CADRE UNIQUE ET SPECTACULAIRE. » 

 

 

Comme à chaque édition de ce prestigieux concours, désor – mais sérieusement concurrencé par celui de Chantilly, l’oc – casion a été donnée aux amateurs de voir, et pour certains d’admirer, ce que l’industrie automobile a produit de plus re – marquable au cours des 132 ans de son existence. Cette année, grâce à la persévérance de Christoph Grohe, spécialiste recon – nu de la carrosserie suisse, c’est Hermann Graber qui a été mis à l’honneur en ayant deux classes, avant et après-guerre, dé – diées à son œuvre car c’est bien d’œuvre qu’il s’agit le concer – nant. Parmi les modèles de la classe après-guerre, on notera un quatuor Alvis Special dont une TE21 série III présentée par Me Jean-David Pelot de Lausanne. Un magnifique exemplaire non restauré, à l’exception de la peinture, qui n’a pas trouvé grâce auprès des juges de classe qui lui ont préféré un autre coupé. La distinction la plus recherchée aurait dû échoir à une autre Graber, l’exceptionnellement élégante Duesenberg Graber dont les lignes correspondent aux plus fins canons de l’élégance automobile de cette période. Cependant la décision du jury s’est portée sur une autre Düsenberg, carrossée par le flamboyant Saoutchick de Paris, certainement plus conforme au goût pour l’excès des Américains. Il ne fait guère de doute pour un amateur de proportions et de finesse que l’exemplaire Graber est autrement plus racé et distingué ! Toujours est-il que Graber aura été dignement célébré à l’occasion de cet ex – ceptionnel rendez-vous des plus grands collectionneurs de voitures hors du commun qu’est Pebble Beach.

 

« ON REMARQUE QUE TRÈS VITE HERMANN GRABER S’EST ATTACHÉ À DONNER DE LA FINESSE À LA PARTIE ARRIÈRE DE SES EXÉCUTIONS, LEUR DONNANT AINSI UNE LIGNE DONT D’AUTRES CARROSSIERS, Y COMPRIS LES PLUS CÉLÈBRES, ONT TENTÉ DE S’APPROCHER SANS JAMAIS RÉELLEMENT L’ÉGALER. »

 

C’est l’occasion pour nous de rappeler qui a été Hermann Graber, ce chef de file de la carrosserie suisse pendant des décennies. Hermann Graber a commencé par reprendre l’activité de charron de son père, qu’il va rapidement transformer en carrosserie pour des réalisations spéciales, sur des châssis de constructeurs fameux. Parmi les premières «spéciales» figure, en 1927, ce très élégant roadster Bugatti 44. On remarque que très vite Hermann Graber s’est attaché à donner de la finesse à la partie arrière de ses exécutions, leur donnant ainsi une ligne dont d’autres carrossiers, y compris les plus célèbres, ont tenté de s’approcher sans jamais réellement l’égaler. Ce «style Graber» a été repris sur de nombreuses sortes de châssis confiées par des clients fortunés qui voulaient avoir des machines à la fois très typées et élégantes. Au début des années soixante, il a entrepris une collaboration très soutenue avec le fabricant anglais Alvis dont précisément plusieurs exemplaires étaient présents à Pebble Beach, côtoyant des Bentley R et S1, ainsi qu’une Aston Martin DB2. Les Alvis sont certainement les plus connues du grand public. Parmi les dernières réalisations de Graber, on notera ses interprétations de la ROVER P6 qui a été déclinée en cabriolet et en coupé, ce dernier ayant été destiné à son épouse qui l’a conservée jusqu’à son décès et que le Concours d’Élégance Suisse a eu l’occasion de présenter dans les jardins du château de Coppet en 2019.

Le célèbre carrossier a fait briller le patrimoine suisse sous le soleil de Californie
1938 Packard 1601 Eight Graber Cabriolet
1953 Bentley Mark VI Graber Drophead Coupé
L’exceptionnellement élégante Duesenberg Graber
Duesenberg, carrossée par le flamboyant Saoutchick de Paris
La Bentley GRABER S1 au salon de Genève
Carrosserie Graber aujourd'hui avec Christian TRABER devant à gauche
Christian Traber remportant le Grand Prix historique de Monaco en Formule 3
Rover P6 - Graber, se présentant au Concours d'Elégance Suisse en 2019
Roadster Bugatti 44 Graber de 1927
Rover P6 - Graber
Partager l'article
Aucun commentaire

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.